Blog Visuelle

Actualité


Visuelle se "responsive" en AMP

  • Je me pensais "larguée", mon parcours professionnel m'ayant un peu éloigné de la conception de sites internet et le responsive Webdesign me donnait l'impression d'une grande complexité dans ses adaptations mobile/ pc/ tablette.

    Il faut dire que l’adaptation aux différents navigateurs, était déjà un défi de taille dans le passé, ajouter les interfaces mobile/ pc/ tablette à tout cela, ne me donnait pas l'envie de m'y attaquer.

    J’ai travaillé en collaboration avec des programmeurs, ce qui laisse tout de même plus de répits au graphiste (l'intégration html ne me dérange pas, mais je préfère me consacrer aux illustrations et aux mises en page ou je peux laisser libre-cours à ma créativité), cette solution me convenait très bien.

    Début septembre, participer aux modules de l'Atelier Digital de Google (Liège), m'a donné une vision objective de la situation actuelle au niveau du web et de son développement.

    Autodidacte, freelance, je ne bénéficie pas de communication d’échanges qu’on peut développer dans une agence et mon travail en tant que chargé de la communication dans un secteur fermé ne m’aide pas dans cette voie.

    Bien que curieuse par nature, je garde toujours un œil sur l’évolution, j’ai eu très tôt le réflexe de créer un compte Google+ et Google business à mes clients, consciente que si Google offre ce type de service, ce n'est pas anodin.

    Internet reste toute de même un bon nid d’informations. Je supervise les pages Facebook, Twitter, Google+ en étant attentive également au développement du SEO. J’hésitais beaucoup sur la façon de remettre mon site à jour et puis j’ai entendu parler de AMP.

    Le cordonnier étant toujours le plus mal chaussé, les techniques du web évoluant à une telle vitesse, je me suis dit EUREKA ! Voici la solution pour me remettre dans le bain.

    J’ai lu, du pour et du contre, je pense qu’il faut à un moment prendre la vague et voir ou elle nous emmène (sans toutefois ne pas se laisser emporter par les flots).

    Une bonne façon de me remettre dans le codage, je n’ai rien inventé, je suis partie d’un modèle que j’ai personnalisé en y appliquant ma charte graphique. Cela m’a permis de découvrir AMP, l’intégration des images SVG, de tester les données structurées, toutes des nouveautés pour moi.

    Mon site est dès à présent à prendre comme un bouillon de culture, mis à jour perpétuellement : je vais le tester dans tous les sens, y étudier le référencement (SEO), l’analyse de l’expérience utilisateur (UX) et l’interface utilisateur(UI) et sans doute encore bien d’autre découvertes..

    Et tout cela dans un but commun entre un épanouissement naturel dans un secteur qui me plait et l’opportunité de partager mon expérience avec mes futurs clients ou partenaires professionnels !


L’empathie, graphiste maîtrise !

  • Savoir se mettre dans la peau du client est essentiel dans le job du graphiste, cette faculté est développée généralement par l’écoute et l’attention, mais quand on a un surdosage d’empathie, c’est tous nos sens qui sont à l’affut. On se met véritablement «dans la peau du client».

    Bien évidemment, il faut que le client soit prêt à faire la «connexion» avec vous, s’il ne dévoile pas son jeu, il va fausser les pistes.

    Par expérience, vous ne me contredirez sans doute pas, les clients les plus empressés, sont souvent ceux dont l’idée est la moins précise, ils veulent un projet et vous avez «carte blanche».

    Ça commence mal ! Le graphiste se dit : «génial !», mais dès qu’il se met à la tâche, les questions fusent dans tous les sens et comme tout est possible : Quelle direction prendre ?

    Quand on est dans l’empathie, on se laisse littéralement partir dans le flux que le client vous renvoie et si le client ne dévoile pas les bonnes cartes, voilà le projet sans fin qui commence. On fait des projets dans tous les styles et plus on développe et plus le client s’y perd. Simplement par ce qu’il ne sait pas ce qu’il veut.

    Très vite, je me suis rendue compte de ce problème et j’ai établi en 2001 un modèle de fiche à compléter par le client pour mieux cibler ses attentes et optimiser le temps.

    J’ai continué à utiliser ce questionnaire et il s’est avéré très efficace, il me permet de mieux cibler le profil du client. Rien de sorcier, des questions simples qui permettent au client de définir, en amont du projet, ses envies, ses besoins, les contraintes imposées.

    J’avoue que parfois, il m’arrive d’oublier de fournir cette fiche et je peux vous assurer que je m’en mords les doigts !

    Car une idée doit être précisée avant d’être développée graphiquement. J’amène le client à réfléchir et à dresser les piliers qui vont structurer son projet.

    Du coup rencontrer le client n’est plus une nécessité, plus de soucis d’horaire, sauf cas exceptionnel,

    mes contacts se font par e-mail et téléphone. Pratique quand on travaille en bonne partie après journée !

    C’est certain, rencontrer le client en personne amène une convivialité, mais cela n’est pas primordial. Le but premier est de satisfaire le client et optimiser son temps c’est lui faire aussi gagner de l’argent ! Un résultat gagnant pour les deux parties !