slogan - fil conducteur d'une Com'responsable

L'identité de Visuelle.be

Qui porte Visuelle ?

Une idée
Geneviève Van Diest, mon identité civile.

Mes amis et mes proches diraient, sans doute que je suis une force de caractère, une passionnée, une personne intransigeante qui a des valeurs et qui mettra tout en œuvre pour défendre ce qui lui est cher.

Quelqu’un d'entier, optimiste, au contact facile.

Pour ma part, je suis conforme au profil INTP (MBTI), j’aborde les problèmes coté solution, j’aime anticiper, voir large. Je ne suis pas à l’aise avec ceux qui en font tout un plat, ça m’échappe. J’aime me sortir de mon confort, découvrir ce qui m’entoure, je suis curieuse. J’aime porter, défendre les valeurs qui me sont cher.

Je suis intransigeante, l’honnêteté est primordiale pour moi. Je suis indépendante, autodidacte et mon métier me va comme un gant !

En bref :

Ce qui me fait me lever le matin?

La curiosité de découvrir ce qui m’attends. Que vais-je découvrir ? Quel défi vais-je relever ?

Comment j'aborde la journée ?

Commencer par le plus «pénible» et clôturer en beauté avec plus réjouissant.

Le plus beau défi ?

De retomber toujours sur ses pieds, de trouver des solutions ou les autres n'en voient pas.

Ce qui m’embarrasse le plus ?

Les travaux qui trainent, la stagnation, on finit par perdre le fil et ça devient des casses têtes sans fin.

Ma philosophie ?

Tout est possible si on s’en donne les moyens !

Dans mon métier, ce que j'aime ?

La créativité, sortir du cadre, les défis, la diversité, une remise en question perpétuelle.

 

Des valeurs environnementales ?

Issue d’un milieu ouvrier, au cœur du Brabant Wallon, je fus, très jeune, confrontée à l’intérêt de consommer de manière raisonnée, en opposition au mileu « aisé » de ma localité. Recycler, réparer, transformer, fut vite une manière d’aborder mon quotidien. Etablir un décalage avec les autres était vital. Mon matériel des beaux-arts, était en grande partie issu de brocantes. J’aimais dessiner sur de vieux cahiers, travailler sur du détournement de matières.

Des valeurs ancrées dans mon quotidien

Je mets un point d’honneur à ce que mes cadeaux de Noël soient fait main et à partir de juin c’est ma période confitures maison. Je privilégie l’achat local : boulanger, ferme, maraicher, … A la maison, on récupère beaucoup, on recycle, on fabrique, on jardine, on bricole, on cuisine, ... J’accompagne mon époux dans son rucher. On peut encore faire mieux, mais c’est certain, on fait chaque jour un pas en plus vers une consommation plus «responsable».

 

Le dessin ?

Mon fil conducteur

Depuis toute petite, je dessine et toujours pour les autres, je n’en ai quasi plus de trace. C’était vital et je ne voulais pas suivre de cours, j’ai appris les perspectives et les proportions, en primaire, en observant mon amie qui suivait des cours à l’Académie. Mon cursus c’est le dessin qui me l’a imposé, persuadée d’être nulle dans tout le reste… C’est avec le recul et l’expérience que je me rends compte que c’était juste un manque d’intérêt personnel, par ce que l’on me l’imposait.

 

L’infographie ?

Juste une évidence

Un fait d’évolution, j’ai commencé les beaux-arts en Infographie avec aucune base en informatique, j’ai appris sur le tas… Sortie diplômée des Beaux Art de Tournai en 1998, j’ai dû faire face au cruel décalage de « réalité », mais avec un beau bagage d’auto-discipline et de persévérance.

Un début timide vers le Print, mais trop de « contraintes » et une prise de décision en été 1999 : décrocher une place à RTL TVI ou suivre une formation en programmation ? C’est le deuxième choix qui l’emporta ! Me voilà propulsée à Liège ou ma carrière débutera comme infographiste dans une agence web.

 

Quand est né «Visuelle.be» ?

Un projet issu d’un besoin d’indépendance

Une prise de recul face au chemin emprunté par ma carrière et la sollicitation de prospects.

Tout a démarré en 2008, une date ou toutes mes certitudes se sont ébranlées sur mon plan privé : ma deuxième vie a commencé !

Visuelle est l’envie d’offrir d’avantage, de m’ouvrir à d’autres secteurs, de m’impliquer pour mon propre compte, d’accompagner le client dans la bienveillance. Une activité complémentaire à mon travail de salariée.

Début 2018, la fracture : plus de prétexte, je ne suis plus à ma place, je quitte mon job, je me remets en question, je teste d’autres horizons, je découvre l’AMP, les PWA et je m’inscris pour des formations : Ateliers Google, MetaPOst, Design Thinking, HTML5, Javascript, SEO, …

2019, je décide de m’investir et de développer Visuelle avec une certitude :

Visuelle deviendra "Le fil conducteur d’une Com’durable !"

Je m’engage pour un accompagnement avec Alpi.be et m’inscris pour une formation en Vue.js. Et là tout se bouscule, on me propose un contrat à mi-temps au sein de l’ASBL Aidants Proches Wallonie, j’endosse le tout et je m’accroche.

Sur ma route, je rencontre pas mal d’acteurs dans le secteur de l’économie circulaire, de l’économie de la fonctionnalité, de l’eco-conception, (cellule Ecoconception de l’UCM, Le cercle Smart2Circle, Green It, ImmaTerra, EKLO). Je m’engage pour participer à l’illustration de la publication de Green It (Empreinte environnementale du numérique mondial).

En période de confinement, je décide de publier chaque jour un dessin inspiré d’un fait d’actualité, d’un projet, initiative relatant de près ou de loin une consommation « responsable ». Une façon de partager mon engagement et de sensibiliser le public et qui sait… de l’orienter vers mes services.

Juin 2020, je recherche un prestataire pour me seconder au niveau du développement web. Prise dans le flux, je me suis lancée pour « avancer » mais il va être difficile de tenir le cap seule. Au niveau de l’impression, j’ai déjà des contacts, mais pour l’éco-conception web, c’est plus complexe à trouver. Mais je suis confiante !

Vous aussi, vous êtes désireux de changements ?
Vous engager dans une communication durable vous tente ?